Site web officiel de La Possession

Les premiers habitants...

lundi 1er août 2011 par adminpos


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail

Développement urbain de la ville, de 1675 à 1831

Dès lors, les premiers habitants, appelés encore colons, savourent avec délectation l’atmosphère de ces rivages vierges et bénis des dieux… Mais l’embellie inattendue aura aussi un goût d’inachevé, de désenchantement, sous les coups répétés d’une législation pas toujours bien vue, bien que contrainte à prohiber les abus. Et il y en eut sans doute. Par une ordonnance de 1690, le Gouverneur Habert de Vauboulon crée en effet, sur le territoire de cette Possession du Roy, une barrière de protection. La chasse y est interdite, tout comme la construction de cases et d’entrepôts. Seuls quelques enclos d’élevage y trouvent grâce.

Cela dit, de Juin 1675 à Novembre 1676, le premier à séjourner dans cette zone, pas très bien définie du reste, est le sieur Jean Marquet dont une ravine bien connue porte toujours le nom. Quant aux toutes premières et réelles concessions, elles datent de la fin du XVIIè siècle, en l’an 1699. L’histoire retient ici bien sûr le nom de Manuel Texer de Mota (ou Texeira da Motta), portugais des Indes, sans doute le premier hôtelier-restaurateur de La Réunion « en bord de mer », avec sa femme, leurs cinq filles et cinq fils…

Il obtint en effet, dès le 8 Février 1699, la concession de terres allant de la Ravine à Marquet à la Ravine à Malheur, ainsi que les hauts… Sur le chemin de l’aller, ou sur celui du retour, en pirogue vers Saint-Denis, ou en charrette vers Saint-Paul, il était de bon ton de faire halte chez « l’ami Técher » (ainsi apparemment l’avait-on francisé !), créateur également d’un service de messageries. Un habitué avait noté dans son Journal ce souvenir sympathique : « Il loue ses chevaux un écu pour faire le voyage de là à Saint-Paul, ce lieu étant presque la moitié du chemin. On ne manque jamais de s’y arrêter pour boire et manger, et quelquefois même, on y couche… »

Mais l’histoire retient également les noms de Pierre Folio, acquéreur successivement de six propriétés, dont une au Dos d’Âne, ou d’Antoine Cadet, acheteur de la Pointe des Galets. Quelques autres les rejoindront, un petit groupe d’habitations sort peu à peu de cet éclat de France, un village prend corps autour d’une vingtaine de cases et d’environ quarante habitants… La Possession se singularise en ce temps lointain par la qualité de son café, de ses mangues et ses jujubes, on y cultive du blé, du riz, du mil, des cannes, des patates et des légumes, on y élève volailles, bœufs, cochons et même chevaux… Nous sommes alors en 1831.


{0}


Accueil du site | Contact | Infos légales | Plan du site |
Syndication : Suivre la vie du site Site  Suivre la vie du site Histoire de La Possession   ?

test